Uncategorized

Confondez-vous blessures et besoins?

on

Et bien, dans la quête du bonheur et de la compréhension de ma rupture amoureuse, la vie m’a offert un cadeau. Vous vous souvenez de mon dernier article sur le bonheur? Et bien, les questions et les incompréhensions affluaient! J’ai eu un flash (toujours en prenant ma marche). J’avais demandé d’avoir un filon pour comprendre ce que je vivais, et le livre « Les 5 blessures » de Lise Bourbeau m’est apparu en tête. J’en avais déjà entendu parler mais je ne l’avais jamais lu. Le temps était venu pour moi d’aller explorer ces 5 blessures. Qui sait, peut-être des réponses s’y trouvaient?

Après la lecture de ce livre (que j’ai dévoré en passant!), beaucoup de lumières se sont allumées, des liens se sont faits et j’ai eu beaucoup de réponses. Par contre, je me suis rendu compte que j’avais mis un masque pour me protéger durant toutes ces années dans mes relations amoureuses depuis le décès de mon mari! Ce décès avait réactivé une blessure de longue date…

Quoi?????? Impossible… Et pourtant, toutes les explications faisaient tellement de sens pour moi.

Voici en résumé, les grandes lignes de ce livre

  • Il existe 5 blessures qui sont vécues de 0 à 6 ans
  • Chaque blessure correspond certaines caractéristiques physiques du corps
  • Quand on est dans notre blessure, on porte un masque pour se protéger
  • Les caractéristiques sont très détaillées et simples à comprendre
  • Elle parle entre autres de :
    • L’âge où la blessure est apparue
    • Le nom du masque que l’on porte quand il s’installe
    • Avec quel parent la blessure est réveillée
    • Les caractéristiques du corps
    • Le caractère de chacun
    • Sa plus grande peur
    • Section alimentation
    • Et elle va même jusqu’à décrire les malaises ou les maladies possibles

Voici les 5 blessures et leurs masques correspondants

  • Rejet / Fuyant
  • Abandon / Dépendant
  • Humiliation / Masochiste
  • Trahison / Contrôlant
  • Injustice / Rigide

La lecture de ce livre m’a complètement chavirée et m’a remis en question énormément. J’ai compris que la liste de besoins que j’avais faite lors de ma rupture n’était pas exacte, car elle comprenait des caractéristiques du masque que je portais.

Bon… qu’est-ce que je fais avec cette information? Je décide donc de laisser mon orgueil de côté et d’aller fouiller un peu plus loin pour valider si ces données faisaient du sens pour moi. Et bien elles faisaient tellement de sens que j’ai dû me rétracter concernant ma liste de besoins.

Onde de choc

Une fois l’onde de choc passée, j’ai ressenti un grand relâchement et beaucoup d’habitudes que j’avais sont disparues (c’était vraiment bizarre!). C’est comme si, en prenant conscience de cette blessure, il y avait déjà un travail qui s’amorçait. Je me sentais vraiment bien et soulagée.

J’ai aussi réévalué ma rupture, car une des plus grandes révélations de cette lecture est que les deux premiers besoins énumérés étaient des besoins mis en place lorsque je portais mon « masque ». OK… Attends un peu… tu veux dire que si je règle cette blessure, mes besoins vont changer? Bien sûr que oui! Ils ne disparaîtront pas, mais ce puits sans fond de besoin d’affection va revenir à la normale.

Laissez-moi vous expliquer….

Mon premier besoin était : Me sentir valorisée, désirée, protégée, importante, aimé.

J’avoue que j’en avais mis beaucoup, mais à la lecture du livre, j’ai réalisé que « me sentir valorisée, désirée, protégée » étaient toutes des caractéristiques du masque du dépendant.

Mon deuxième besoin était : Besoin d’affection, de tendresse

Encore une fois, ce besoin d’affection sans fond avec le sentiment de toujours être en manque et jamais satisfaite n’était une autre caractéristique.

Comprenons-nous bien ici. je crois que ce sont des besoins normaux. Dans mon cas, mon conjoint avait beau m’en donner, j’étais toujours insatisfaite. Et c’est ce constat qui m’a fait réaliser que j’avais un problème à régler. Mais dans ma tête, c’était mon conjoint qui n’en donnait vraiment pas beaucoup! Des fois, c’est difficile de prendre conscience de ça quand pour nous, c’est normal.

Discussion avec mon ex de cette découverte

Comme je vous ai déjà mentionné dans l’article précédent, mon ex est vraiment gentil, compréhensif et doux. Je me suis donc demandé si je ne pourrais pas effectuer ce travail sur moi en l’impliquant. Est-ce qu’il serait assez ouvert pour m’aider à dépasser cette blessure? Je dis bien dépasser car je ne crois pas possible que la blessure disparaisse à jamais, mais je crois qu’avec un bon partenaire qui connaît les caractéristiques, ce travail peut se faire en équipe. Et comme le travail d’équipe est sa force, j’ai pris une chance de lui demander (Je dois vous avouer que nous avons encore beaucoup d’attirance l’un envers l’autre et que nous aimerions beaucoup que ça marche ;))

Nous avons donc discuté de cette théorie devant une bonne bouteille et il a gentiment accepté. Un autre cadeau!!!! L’entente étant la suivante: tu m’aides à me faire prendre conscience des fois où je porte mon masque et je fais le nécessaire pour travailler la blessure à ce moment-là.

Et si la conséquence de cette aide mène à ce que l’on revienne ensemble, et bien tant mieux! Sinon, on aura fait un autre petit bout de chemin ensemble. Tout est clair et de chaque côté, l’entente est bien définie. Comme ça, pas d’attente et/ou de déception.

En conclusion

Pour conclure cet article, je crois qu’il est important d’identifier quels sont vraiment nos besoins et de se questionner quand un besoin est un peu hors norme (je veux dire, que pour la majorité des gens, c’est beaucoup trop demandé). Dans mon cas, mon besoin incessant d’affection et de reconnaissance était insatiable. C’était comme un puits sans fond et je crois sincèrement que personne n’aurait jamais pu le combler car c’était un besoin créé pour me protéger d’une blessure.

Alors soyez alerte si jamais vous décidez de faire votre liste de besoin!

Dans le prochain article, je vous parlerai de « Comment guérir ses blessures ».

Voici la référence du livre : Les 5 blessures qui empêchent d’ÊTRE soi-même de Lise Bourbeau, Éditions E.T.C inc.

About Nancy Laforest