Accomplissement

Notre égo, ami ou ennemi?

on

ATTENTION!!! CET ARTICLE S’ADRESSE SEULEMENT AUX PERSONNES AYANT UNE CERTAINE OUVERTURE D’ESPRIT ET QUI VEULENT QUE LES CHOSES CHANGENT.

SI CE N’EST PAS VOTRE CAS… ARRÊTEZ TOUT DE SUITE DE LIRE!

Guérir des blessures profondes, c’est possible!

À première vue, l’égo est un ennemi juré qu’on veut tous voir disparaître… Mais attendez de comprendre sa vraie utilité et vous allez peut-être changer d’idée!

Dans le livre « La guérison des 5 blessures » de Lise Bourbeau, on parle beaucoup d’égo et d’orgueil. En fait, Lise Bourbeau donne une définition de l’égo qui m’a, au début étonnée, mais en y réfléchissant bien, est un autre nom que certaine personne donne à leur petite voix qui les empêche de faire des choses ou qui les rabaisse.

L’ÉGO EST LA PETITE VOIX QUI VOUS DÉRANGE

Alors voici ce que j’ai retenu de l’égo…

L’égo une partie de nous qui veut toujours avoir raison, qui recherche de l’attention et de la reconnaissance et qui nous empêche de  nous épanouir par peur de vivre un échec ou une déception. C’est cette petite voix qui nous empêche d’essayer de nouvelles choses ou qui nous dit que nous ne serons carrément pas capables! Bref, c’est un « ramassi » de toutes nos croyances. Mon dieu, qui ne se reconnaît pas là-dedans! Dans cette optique, je suis d’accord à travailler sur cette partie de moi qui me freine! Et vous?

J’ai trouvé ce concept quand même assez complexe, alors j’ai fait quelques recherches qui m’ont poussé à faire un atelier sur ce sujet. Je crois que le plus difficile est de prendre conscience de la présence de cet égo. Ça fait tellement partie de nous, que nous croyons que ces réflexes ou habitudes sont normaux. Certains même se définiront à travers leur égo, pensant que c’est une caractéristique de peur personnalité et qu’ils ont toujours fonctionné comme ça. Avouez que l’égo est fort! Très très fort!

COMMENT EN PRENDRE CONSCIENCE

La prise de conscience demande une assez grande ouverture et une volonté de s’améliorer. Comme je le disais plus haut, il fait partie de nous! Nous avons ces réflexes ou je dirais « ces mécanisme de défense » bien ancrés en nous.

FAÇONS DE L’IDENTIFIER

  • Quand vous utilisez « Je », « Me », « Moi »
  • Chaque fois que vous voulez avoir raison ou gagner
  • Quand vous vous plaignez
  • Quand vous êtes contrarié, rancunier
  • Quand vous trouvez des défauts aux autres
  • Quand vous vous comparez

Et oui, dans tous ça!

OK ET QU’EST-CE QU’ON FAIT UNE FOIS QU’ON L’A IDENTIFIÉ?

Premièrement, vous devez l’identifier.

  • Vous pouvez demander l’aide de quelqu’un qui veut vous aider. Vous devez en premier lieu lui expliquer ce qu’est l’égo et comment il intervient dans votre vie et mandater la personne de vous le faire gentiment remarquer.
  • Vous pouvez aussi porter attention à vos paroles et pensées et en prendre conscience seul.

C’est la première action qui fera bouger les choses.

Lorsque l’égo est démasqué, il devient beaucoup moins fort. L’IDENTIFIER C’EST L’AFFAIBLIR…

Deuxièmement, c’est de lui donner un nom qui le représente bien et lui parler! Oui, Oui, lui parler. Vous allez sûrement trouver ça vraiment bizarre, mais ça fonctionne! Laissez-moi vous expliquer. Cette partie de vous (égo) a tellement peur de disparaître, qu’elle demande toujours de l’attention et de la reconnaissance. Alors pourquoi ne pas lui donner ce qu’elle a besoin si ça peut vous aider à être mieux dans votre vie! Pour moi, c’est gagnant-gagnant. Ce qui est intéressant avec cette partie de vous, est qu’elle est incapable de réfléchir. Elle exécute seulement! Elle ne ne prend pas le temps d’analyser si c’est bien ou pas pour vous. Elle le fait, c’est tout.

Donc, comme elle ne fait qu’exécuter, je peux vous écrire que si vous lui donnez l’attention qu’elle désire, elle perdra de la force et finira par prendre beaucoup moins de place dans vos pensées et dans vos prises de décisions. C’est quand même rigolo de vous écrire ça en sachant qu’elle ne comprend pas qu’elle va se faire prendre à son propre jeu! Moi je trouve ça très amusant.

Je partage avec vous le nom que j’ai donné à mon égo : Distor. Je trouvais que ça représentait bien le fait qu’il « distorsionne » mes pensées et me fait voir les situations ou événements à travers un filtre qui ne me rend pas du tout service. En même temps, je trouvais que ça faisait « super héros ». Bref, amusez-vous avec ce nom. Le fait de ne pas se prendre trop au sérieux fait déjà un bien énorme et nous fait réaliser que ce n’est pas nous, mais une entité dissociée, ce qui nous donne déjà un certain pouvoir sur la situation!

CE QUE VOUS DEVEZ LUI DIRE

En fait, quand vous en prenez conscience, vous devez rassurer cette partie de vous (égo) qu’elle a fait un bon travail, que vous appréciez tout ce qu’elle fait pour vous aider, mais que vous avez envie d’expérimenter seul l’événement ou la situation. Dites-lui d’aller se reposer, de prendre des vacances et que tout va bien aller pour vous.

Je vous avais averti au début de l’article que c’était pas pour tout le monde!!!

En la rassurant, elle n’a pas l’impression qu’elle ne sert à rien et que vous désirez qu’elle disparaisse (même si on veut qu’elle perde beaucoup de force!).  Rappelez-vous… L’égo ne raisonne pas. Il fait machinalement ce qu’il a l’habitude de faire en se référant à la dernière expérience. Alors c’est vous qui pouvez raisonner et analyser la situation. Il acceptera de faire ce que vous lui direz car c’est comme ça que ça fonctionne. L’égo est comme un serviteur à qui vous auriez donné trop de pouvoir.

Alors reprenez votre pouvoir maintenant et agissez!

SI VOUS DÉSIREZ ALLER PLUS VITE

Bien sûr, mon premier conseil pour vous, est d’aller consulter un coach PNL:) ! Parce que la force de la PNL (Programmation Neurolinguistique) est justement d’aller reprogrammer à la source quelque chose qui n’est plus utile et de le remplacer par quelque chose d’utile. Donc, je dirais que dans cette situation, c’est tout à fait indiqué.

Sinon, plus vous en prendrez conscience et agirez, plus votre égo s’affaiblira pour redevenir votre ami, c’est-à-dire, une partie de vous qui vous met en garde et vous prévient que la dernière fois, ça s’est pas passé comme prévu ou que ça s’est mal passé. À ce moment, vous pourrez analyser s’il a raison, le remercier et prendre la décision qui vous convient, selon ce que vous avez envie de vivre.

Quand je prends du recul et que je regarde la vue d’ensemble de ce processus, je trouve que c’est un outil merveilleux quand on sait bien s’en servir.

À vous de jouer!

Note : Si vous désirez assister à l’atelier qui porte sur l’égo, contactez-moi!

Source : La guérison des 5 blessures de Lise Bourbeau

About Nancy Laforest

Recommended for you